Springbank Green (46%, OB 2014) : Soleil Vert !

Springbank Green

 

La plupart d’entre nous connaissent Soleil Vert, le film d’anticipation ou le flic Charlton Heston (qui a force de surjouer semble agoniser a chaque réplique) tente de déjouer une conspiration de malbouffe a base de maccabées dans un futur dystopique et sans doute pas trop lointain.

 

Pour éviter que le malboire ne se répande dans un monde du whisky a priori peu regardant sur la qualité de l’orge servant a la confection du précieux distillat, Springbank, la distillerie de Campbelltown qui semble toujours avoir un petit temps d’avance sur la concurrence, nous propose ce Springbank Green, un whisky réalisé a partir d’orge bio. Le whisky est appellé Green et non « organic » comme son distant cousin produit par Benromach car Springbank n’a pas obtenu la certification « bio » de l’union Européenne. Le jus a été vieilli entièrement en futs de bourbon ce qui devrait faire la part belle au distillat et a la matière première céréalière. C’est en quelque sorte un coup d’essai, 9000 bouteilles ont été produites, qui pourrait avoir tendance a se généraliser chez les distilleries indépendantes car orge de qualité rime souvent avec excellent whisky…

 

Œil : Doré

 

Nez: Un blair qui défonce. Très expressif avec des notes florales et assez de tourbe pour mettre en avant des notes campagnardes. On se sent comme dans une étable : foin et luzerne a souhait. Les gâteaux ne sont loin non plus avec du baba au rhum et de la crème a la vanille, comme une tarte tropézienne égarée dans l’arrière pays varois… Les fruits sont la aussi, un peu de pomme (verte, bien sur) et de citrons (verts aussi), on est dans un registre plus raffiné que le limoncello quand même. Pate d’amande et cire d’abeille. Respect !

 

Bouche : La bouche est bien plus légère est délicate que le nez, on est dans un registre bien plus raffiné que ce que a quoi nous avaient habitués les Springbank d’entrée de gamme ces dernières années. Glisse sur la langue. Notes de citron et de miel dilué (sirop de miel) et notes maltées de céréales qui remontent jusque dans le nez. La tourbe se fait légèrement plus présente mais semble être venu pour admirer la vue. Retour des notes de crème pâtissière qui se dissipent avec l’arrivée d’une amertume diffuse.

 

Finale : Assez longue mais se dissipe de manière plutôt abrupte. Gout iodé et de citron avec le retour des notes fermières du nez.

 

Un Springbank d’école avec un nez magnifique et une bouche assez expressive pour un whisky relativement jeune et élevé uniquement en fut de bourbon. Un matos classieux. L’avenir du whisky se trouve peut être la…

 

Note : A (Charlton Heston)

 

Prix : 70 (Bourgeoisie Post Apocalyptique)

 

Un petit coup de Charlton pour la route...

 

 

 

Leave a reply