Pimp my Clan Campbell!

Ne faites pas l'innocent, arrêtez de baisser les yeux et de regarder vos pompes, on sait que vous avez déjà bu du Clan Campbell, peut être en avez vous même une bouteille à la maison, planquée derrière des malts plus reluisants. Oui ok c'est pas glorieux car c'est vraiment pas fou le Clan Campbell mais en matière de blended whisky il y a certainement pire (Le J&B par exemple n 'est qu'un ersatz de crème à récurer l'évier). Alors bon c'est simple, très simple même, oui ça manque de caractère, de puissance et de complexité mais ce n 'est pas foncièrement mauvais. Un bon ami qui prétend avoir un palais a d'ailleurs été incapable de différencier ce Clan Campbell d'un Kilchoman single cask, alors certes il était bourré et son régime alimentaire est exclusivement constitué de Pépito mais tout de même....

clan-campbell

Toujours est il que, comme vous, j'ai une bouteille de Clan Campbell qui traine au fond de mon bar et à vrai dire je ne savais pas trop quoi en faire.... Je l'avais même oubliée cette bouteille, jusqu'à ce que Christine Lambert de Slate nous explique "comment sauver le whisky pourri reçu à noël". Il est chouette l'article de Christine, il est drôle et il ne nous promet pas de transformer le château Picrate en  Petrus, il nous invite juste à jouer au master blender. J'ai donc suivi les conseils de Christine avec ma bouteille de Clan Campbell, je vous livre le résultat de mes expérimentations.

1: Clan Campbell x Clynelish (distiller's edition) x Ledaig (Signatory vintage)

Dans un verre j'ai donc mélangé 3 cl de Clan Campbell, 0,5 cl de Clynelish DE et 0,3 cl de Ledaig (SV) pour la tourbe. J'ai transvasé l'ensemble dans une mignonette. Le blend a ensuite reposé 12 heures avant dégustation.

Le résultat est plutôt surprenant, le Clynelish apporte beaucoup de gourmandise, le nez tire sur les fruits exotiques et on oublie presque les notes malabar du Clan Campbell. L'ensemble reste très facile à boire, la tourbe est à peine perceptible mais elle donne de la matière à ce blend fait maison. Au final c'est un bon whisky d'apéritif, très gourmand très accessible mais bien plus intéressant qu' un Clan Campbell! L'homogénéité du blend est assez surprenante.

Note: BB+ (Gaël Monfils)

2: Clan Campbell x Aberlour A'bunadh x Ledaig (SV)

Même principe et à peu près les mêmes dosages sauf que le Clynelish DE est ici remplacé par un Aberlour A'bunadh qui apportera forcément un peu de puissance à notre blend.

Le nez est bien plus riche que celui du blend n°1, on sent l'influence du Sherry de l'Abunadh. Beaucoup plus de bois également, on est loin du Clan Campbell originel même si les céréales ne sont pas très loin. En bouche on passe un peu par tous les états, c'est très confus au premier abord, beaucoup de bois épicé suivi d'une légère amertume et d'une astringence un peu raide. C'est vraiment pas la grosse excitation mais la finale est étonnamment agréable, la tourbe du Ledaig lui donne de la consistance. On ne vous cache pas que tout ceci manque cruellement d'homogénéité.

Note: B+ (Cédric Pioline)

whisky

Au final, le blend fait maison est une expérience assez fun même si il ne faut pas s'attendre à transformer un baudet du Poitou en pur sang arabe. Ce test a néanmoins plusieurs mérites, le premier est de constater que le métier de master blender ne doit pas être évident. Vous pouvez mélanger tous les meilleurs whiskies du monde, vous n'aurez pas un blend de dingue pour autant. Dégusté séparément, l'Aberlour A'bunadh est bien meilleur que le Clynelish Distiller's edition et pourtant le meilleur de nos deux blends est celui qui est boosté au Clynelish. L'autre intérêt de ce test est de confirmer que Christine avait raison, oui on peut sauver le whisky basique que tata Monique nous a offert à Noël à condition de faire plusieurs tests et de ne pas faire n'importe quoi dans les dosages.

A vos pipettes!

7 comments

  1. Alex 15 janvier, 2015 at 13:15 Répondre

    Après avoir lu l’article de Christine Lambert, l’envie me titillait… Maintenant, après avoir lu le votre, elle est insoutenable ! 🙂

    Je vous tiendrai au courant de mes exploit d’apprenti master blender !

    • whiskyleaks 15 janvier, 2015 at 14:02 Répondre

      Il faut se lancer! Le risque est modéré, au pire on gâche 1 cl de bon whisky et 3cl de blend basique. On est prêt à tester vos recettes!

  2. Christophe 15 janvier, 2015 at 15:22 Répondre

    En effet l’article de Christine est plutôt sympa et intéressant, mais en ce qui me concerne, cela fait tellement longtemps que je suis whisky addict que tante Jacqueline ne m’offre plus de whisky basique 😀
    Il arrive toutefois que des bouteilles se retrouvent à la maison… Elle servent alors à faire la cuisine 😉

    • whiskyleaks 15 janvier, 2015 at 18:19 Répondre

      Oui c est pas mal en cuisine pour déglacer des sauces, autrement il m arrive de récurer l évier avec les pires des blends…

  3. Christine Lambert 15 janvier, 2015 at 17:02 Répondre

    Ton papier m’a fait hurler de rire! Il n’y a que toi pour te livrer au fact checking en rafales 😉
    Au passage, je vois qu’on a à peu près les mêmes bouteilles dans nos bars respectifs: moi aussi j’ai appelé à la rescousse (entre autres) Clynelish et A’Bunadh, mais dévrillé au Talisker et Laphroaig. Ma dévotion à la cause Whisky connaissant peu de limites, j’ai cependant bossé à partir du blend MDD d’Intermarché, le Glen Crinan, celui que même tata Monique ne pense pas à t’offrir. A l’arrivée, quelques aigreurs d’estomac au compteur à déplorer… et heureusement 2 ou 3 bonnes surprises 😉

  4. TimeIsRunningOut 6 mars, 2015 at 09:20 Répondre

    Blender de nulles totoches,
    L’idée n’est pas si moche,
    Moi j’ai failli mourrir de ne l’avoir pas eu
    Je reviendrai ici
    Vous couvrir de mercis
    Et vous raconterai les choses que j’ai bu.

Leave a reply