Gordon & MacPhail célèbre les 50 ans de sa gamme Connoisseurs Choice

Lancée en 1968 par George Urquhart, la gamme Connoisseurs Choice de Gordon & MacPhail a, en son temps, changé le game du whisky. Aujourd'hui elle fête ses 50 ans en fanfare avec un nouveau packaging et des tonnes de nouveautés.

En 1968 le whisky c'était avant tout des blends. George Urquhart, descendant des fondateurs de la célèbre maison, décide de mettre en avant le travail des distilleries en les embouteillant sous leur nom et participe ainsi à l'essor des single malts.  A ses débuts, la gamme propose des whiskies devenus mythiques tels que Rosebank et Port Ellen ainsi qu'un Talisker vendu au prix ahurissant de 4£ la bouteille. En 50 ans ce sont plus de 2000 embouteillages provenant d'une centaine de distilleries différentes qui ont fait le bonheur des amateurs. Certains de ces embouteillages sont entrés dans la légende et pour choper un Glenugie 1963 ou un Mortlach 1936 il faudra aligner un bon paquet d'oseille. 

 

Une étiquette plus claire pour des centaines de références

Pour fêter leurs 50 ans, les whiskies estampillés Connoisseurs Choice ont revu leur étiquette. Cette dernière indique désormais le type de vieillissement et abandonne la fameuse carte poussiéreuse qui ornait les versions précédentes. Au delà de ce nouveau pack sobre et classieux, la gamme met cette année une centaine de références sur le marché, rien que ça... Un tiers de celles ci sont âgées d'un miminum de 30 ans et sont embouteillées sans filtration à froid et au degré naturel. Dans le lot on trouve un Ardmore et un Mortlach 1987, un Caol Ila 1984, un Glenburgie 1988 ou un Glenglassaugh 1986. Pour le reste, la gamme comprend tous les whiskies écossais possibles et imaginables pour la plupart embouteillés brut de fut. Niveau tarif c'est du classique, on tourne entre 75 et 500€. Toutes les références ne sont pas dispo en France, certaines sont réservées à d'autres marchés mais on peut se faire une petite idée en allant faire un tour sur le site de LMDW même s'ils n'ont pas encore mis toutes leurs refs en ligne.

On a reçu un paquet de samples en provenance de G&M et on en a goûté quelques uns.

Mannochmore 1999, 46%

 

Au nez c'est assez engageant avec des notes de bois précieux et de papaye bien mûre. Gourmand et chic à la fois, on est content de trouver un refill sherry qui ne sent pas le savon. Ça évolue avec un peu de raisin bien mûr, du chocolat au lait, du caramel et une touche de pâte d'amande. Franchement ça donne envie. En bouche c'est un poil moins convaincant, on est sur un whisky très classique, bien fichu, mais qui ne déclenchera pas d'émeutes au liquor store. Pas mal d'épices douces genre cannelle/ vanille / girofle qui s'ouvrent ensuite sur le chocolat noir et le pamplemousse. La finale est honorable avec du chocolat noir, du chêne et un poil de réglisse.

Note : BBB

 

Aberfeldy 1993, 58,8%

 

 

Au nez c'est tout de suite plus lourd et plus riche que le Mannochmore mais l'alcool est super bien intégré. On sent qu'on est avec un first fill sherry de première qualité, c'est super chic et méga complexe. Des notes de bois verni et un truc floral assez gourmand rendent le jus assez excitant. On continue sur des notes de figue et de chocolat noir. Ça à l'air gros! La bouche confirme le nez. C'est du gros sherry ultra chic marqué par le chocolat noir. Pourtant c'est moins gourmand qu'au nez et un poil plus sec qu'attendu. Les épices répondent au jus de raisin et l'ensemble se montre riche et complexe. C'est du bon kiff. La finale est bien longue avec une note de réglisse et du chocolat à gogo.

Note : A+

 

Mortlach 1987, 54%

 

Au nez c'est encore du gros sherry bien chic. C'est un poil plus classique que l'Aberfeldy avec le raisin sec et les dates. Tout est méchamment bien intégré, le fondu est aussi beau que dans un vieux cognac. On lui trouve un truc presque animal du genre barbaque un poil faisandée et une pointe de soufre comme on l'aime. Ça évolue sur des notes de plastique comme dans la vieille Volvo de mémé. Ça a l'air chelou mais franchement c'est assez mortel. La bouche confirme la première impression, c'est du matos de première catégorie. On attaque avec des notes épicées (girofle, cannelle) et une touche de saumure de câpre qui claque grave. On retrouve ensuite ce qu'on aime dans les vieux whiskies genre tabac et vieux cuir de selle de cheval qui a bien sué pendant le tiercé. C'est gros et bien épais, le genre de came qui colle au palais pendant un moment. les fruits ne sont pas si loin avec un poil de bazar confit. C'est le gros kiff, pourquoi ce sample ne fait que 3 cl hein?

Note: AA

Pour découvrir l'ensemble de la gamme, allez faire un tour sur le site de G&M. On peut aussi se remettre une lampée de ce Longmorn hallucinant.