Avec D.U.C. Booba invente le LOL whisky

Non content d’être un parolier de génie Booba est un entrepreneur talentueux. Ses lyrics pour le moins crus ont ringardisé le rap à papa incarné par IAM et NTM. Avec son style ultra vulgaire il passe souvent pour un génie. Ses « métagores » (métaphores gores) sont un objet d’étude très sérieux chez la fine fleur de la littérature française et d’aucuns affirment sans ambages que ses punchlines taillées à la kalachnikov font de lui le nouveau Céline (l’écrivain pas la chanteuse).Aujourd’hui personne ne lui arrive à la cheville dans le rap game français. Qui a plus de flow que B2o ? Personne. Le Duc est dans le turfu depuis bien longtemps. Tout réussit au grand sénégalais au sexe long #acmilan, sa marque de streetwear fait couler les billets violets à flot et ses albums font exploser le compteur des ventes.

 

Seul un peu d’oseille pourrait me rapatrier

Quand B2o (on dit bédeuzo) débarque dans le whisky on se doute bien que c’est pas pour beurrer les sandwichs mais plutôt pour faire izy money. Lancé le week-end dernier en exclu au Drugstore Publicis, le D.U.C. Whisky a fait un carton. 1200 bouteilles se sont arrachées en 2 jours et on l’annonce déjà chez Auchan et Carrefour. La success story est en marche à grand renfort de posts sur les réseaux sociaux, c’est d’ailleurs devenu le hot topic du moment dans le petit monde de la tisane. Installé à Miami depuis 2009, Booba ne rentre au pays que pour faire tourner la machine à billets. Mercredi dernier il était à Paris avec l’équipe de Daucourt, qui produit le D.U.C. Whisky, pour le lancement officiel. Présenté comme une conférence de presse l’évènement ressemblait davantage à une performance dada. Club à la moquette qui colle, hôte qui ne daigne pas prendre la parole et queue interminable pour pécho un verre de D.U.C., les codes étaient brisés. Fuck les conventions. Dans un grand moment de révisionnisme, Charles Daucourt, l’ambassadeur de la distillerie, a même affirmé que Daucourt était le pionnier du whisky français. Plus rien ne nous étonne, « les vainqueurs l’écrivent, les vaincus racontent l’histoire ». Un moment Nutella comme on les aime.

Quand j'monterai dans l'alambic jamais tu n'me reverras.

D.U.C. Whisky ou LOL whisky ?

On passera sur la bouteille très élégante. Dorures, cire, sceau d’authenticité, couronne et hibou au regard sombre, tout y est . Il parait que l’ennemi de l’art est le bon goût. On est donc face à un chef d’œuvre. Pour son whisky Booba s’est rapproché de la maison Daucourt (on vous en parlait ici), il  a opté pour un assemblage de trois futs, bourbon, Sauternes et cognac vieillis entre 4 et 8 ans. On passera aussi sur les notes de dégustation, le breuvage est peu orthodoxe. Il oscille entre les notes de céréale, de caramel, de guimauve et de bonbons non identifiés. Son extrême douceur a de quoi faire exploser un diabétique en plein vol. On se rabat donc sur les cocktails proposés par le site officiel de la marque et on opte pour un Grand D.U.C. qui consiste en un astucieux mélange de 5 cl de whisky et de 7 cl de Coca servi sur glace. On touche au sublime. On voit déjà frissonner les slips des meilleurs barmen de France qui n’ont qu’à bien se tenir.

Note :   95D #pip              Prix : 39,90€

1 comment

Leave a reply