Springbank Local Barley 16 ans 1999 (54.3%, OB 2015): Mob Barley!

Springbank Local Barley

La sortie du nouveau Springbank Local Barley a été annoncée au début de l'année, dans le style old-school à la cool de la distillerie, par un email destiné aux membres de la Springbank society. Ni vu ni connu, la distillerie de Campbeltown annonçait le retour de cette série mythique composée de jus distillé au milieu des années 60 avec de l'orge du coin et embouteillé dans les années 90. 

 

La nouvelle mouture est de composition plus récente, car distillée en 1999, mais n'en suit pas moins la recette originale, utilisant une orge de printemps (de variété prisma) cultivée sur les terres de la Low Machrimore Farm. Le tout a été vieilli pendant 16 ans dans des futs de bourbon (80%) et de sherry (20%), un mix de futs qui est devenu la norme chez Springbank.

 

Cela fait dejà quelque temps que Springbank, gardienne de la tradition s'il en est, prend le contrepied des tendances commerciales actuelles: des mentions d'age, du whisky bio, du brut de fut ou 46% minimum, des grains dont on connait l'origine, et l'ensemble des étapes de la production réalisées sur le site. Voyons si cette approche on ne peut plus louable porte ses fruits. 

 

Oeil: Vieil Or.

 

Nez: Epicé d'entrée avec la légère tourbe caractéristique de Springbank qui est bien mise en avant. Thé au citron et iode, comme un gouter a la terrasse du club house de Machrihanish. Il un coté presque poissonneux qui rappelle les harengs séchés de Chinatown. Miel de fleur d'oranger, quasi loukoums a la rose et céréales façon Weetabix (sans le lait), pêches de vigne, poivre blanc et menthe forte. C'est intéressant de voir comment s'expriment ces couches successives. 

 

Bouche: Soyeux en bouche avec moult fruits et miel. Grande délicatesse et force de séduction, quelque chose de féminin dans cette attaque pleine de grace qui aurait sans doute plu à feu Baudrillard. Une vague de tourbe légère remonte après un moment en bouche pour laisser la place à des pêches au sirop et des pamplemousses roses, tout est dans la suggestion et le songe, sans doute un whisky pour amateurs d'opiacés. Les notes de céréales sont plus présentes sur la fin et soulignent, ce que l'on oublie souvent, l'importance du grain dans la fabrication du whisky et, comme un clin d'oeil au terroir de Campbeltown, le tout s'achève sur des impressions diffuses d'étable et de foin. Bonne came!

 

Finale: Plutôt longue sur des abricots sexe et de la fumée avec une pincé de poivre de Malabar et de l'iode comme sur les bandages.

 

Whisky livre, comme souvent avec Springbank, au pouvoir d'évocation et à la finesse remarquables, une certaine forme de sensualité éthylique: un local barley qui nous rejoue la partition de la dame en rose dans "Du Coté de Chez Swann" mais avec une dose de classe qu'Odette de Crécy n'aurait pu rêver posséder. Il ne faudra pas se rater lors de la prochaine sortie programmé au début de l'année 2017...

 

Note: AA- (Teter Posh)

 

Prix: 120-150 Balles au départ mais plutôt autour de 250 aujourd'hui. (Wunny Bailer)

Leave a reply