Un écran de fumée? Laphroaig Cask Strength Batch 004, Jan. 2012 (58.6%)

32188

Fais-gaffe ! On goute aujourd’hui le Laphroaig Cask Strength Batch 4 embouteillé en janvier 2012 (58.6%). Depuis une quinzaine d’années Lagavulin (12 ans) et Laphroaig (10 ans) proposent un embouteillage limité au degré naturel dont les caractéristiques varient d’une année sur l’autre afin de susciter l’intérêt des collectionneurs. Dans les deux cas ce sont des whiskies pour amateurs de fumée, d’iode, et de sensations fortes ou plus simplement pour ceux qui veulent voir ce que donne un whisky brut de fut.

Islay, Reine des Hebrides et de la tourbe. Si l’on excepte la légendaire distillerie de Port-Ellen, fermée en 1983, dont le nectar embouteillé au compte goute se négocie a prix d’or, on compte huit distilleries sur Islay dont Bowmore, Caol Ila, Ardbeg, Kilchoman, Lagavulin, Bruichladdich, Bunnahabian, et Laphroaig. On parle ici surtout de fumée et d’iode, un gout marin et minéral, mais chaque distillerie à un profil bien particulier. En ce qui me concerne je trouve généralement le Bowmore un peu huileux. Le Caol Ila est beaucoup utilisé par Diageo pour fournir une pointe de fumée a ses assemblages (Johnny Walker, J&B,etc…) d’aucuns penseront qu’il manque un peu de caractère, mais c’est avant tout un (très bon) Islay classique. Ardbeg a un profil intéressant avec une tourbe très présente au premier abord, mais qui se dissipe pour laisser place à un arome léger et diffus. Lagavulin est sans doute le plus complexe, il offre un subtil équilibre entre tourbe et aromes fruités, une conséquence de sa plus longue maturation (16 ans contre 10). Il reste Laphroaig qui est pour beaucoup la distillerie emblématique d’Islay et se trouve, dans son expression classique 10 ans d’age, quelque part a mi-chemin entre Ardbeg et Lagavulin.

Voyons ce que donne ce nectar : Au nez, la tourbe est très présente mais on distingue des arômes de chocolat (baba au rhum ?) et de cannelle, un peu d’huile (mais certainement pas autant qu’un Bowmore), la tourbe revient à la charge, il est temps de gouter. En bouche l’impression est similaire : beaucoup de fumée au premier abord puis un gout sucré qui laisse la place a des saveurs marines : de l’iode, un soupçon de pétrole (phénols ?). Avec quelques gouttes d’eau, le sucre devient plus présent, odeur discrète de poisson séché et de menthe, prunes. L’adjonction d’eau enlève un peu a l’aspect viril de la chose mais la rend sans doute plus agréable pour les moins aventureux d’entre nous. On a affaire a un whisky burné. Quoi qu’il en soit cet Islay au degré naturel offre une expérience unique a peu de frais (environ 50 euros) que les amateurs de tourbe sauront apprécier sans modération. (A-/89)

B.M

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.