Caroni 18 ans 1996/2014 (43%, Compagnie des Indes, Trinidad)

Pour les amateurs, un Caroni indépendant c'est toujours un événement. C'est ce que nous offre un jeune embouteilleur Français, Compagnie des Indes – dont nous vous reparlerons –  qui a mis cette année en circulation des bouteilles de Caroni, issues de deux fûts ( #SC3 et #SC2 – bourbon first fill ) vieillis 18 ans – 10 années à Trinité et Tobago puis 8 ans en Europe. Nous goûtons aujourd'hui une des 456 bouteilles tirées du Cask #SC3.

Ce Single Cask réduit à 43 degrés conserve le caractère et la fougue de Caroni avec une douceur surprenante, qu'on lui connaissait moins. Dégustation.

caroni 18

Le rhum Trinidad fait partie de la gamme Single Cask de Compagnie des Indes

 

 

Couleur : Ambre claire. Reflets or.

Nez : Un nez typique de Caroni. On est à la maison. Agrumes – citron – et phénol. Malgré la réduction, le nez est puissant et dégage cette ambiance unique avec un zeste de fumée et, plus surprenant, des notes épicées puis des relents d'olive. Quelques touches herbacées, huiles, tabac. Peu de sucre mais une rondeur un peu vanillée. On hésite presque à goûter tellement on est bien.

Bouche : Très grasse, belle rondeur. L'attaque est tranquille. Citron vivifiant, des notes presque marines. Le caractère est là, phénolique et puissant mais la réduction arrondit les angles, le rend plus doux – mais pas sirupeux. Dompté mais sauvage. Beau travail.

Finale : Assez longue, le sucre revient mais la fumée demeure. Belle chaleur. Cendres de cigare. On est toujours aussi bien.

Note : A (Anthony Carmona)

Prix : Administration coloniale (un peu moins de 70 €)

Conclusion : Un excellent rhum qui bien que réduit conserve son identité et propose une belle variété d'arômes et l'occasion d'entrer dans l'univers Caroni. A noté que les autres single cask de la marque se défendent aussi très bien, notamment un excellent Travellers de Belize, proposé en brut de fût. Mais nous vous en reparlerons.

Ps: A Paris, vous trouverez ce rhum à l'Épicerie Julhès, la Cave Bossetti dans le IV° arrondissement, chez A'Rhum et chez Christian de Montaguere.

2 comments

  1. L'Affreux Aigle 10 décembre, 2014 at 12:12 Répondre

    Merci pour ce compte-rendu.
    Apparemment bien appétissant ce Caroni, ayant déjà pu goûter
    les trois précédentes cuvées de La Compagnie des Indes
    je considère que ce dernier est impérativement à goûter
    (la réduction à 43° me fait tout de même un peu peur
    alors qu’on est habitué à boire les rhums de cette distillerie
    brut de fût généralement à plus de 60° ou réduit à 55°…)
    J’ai également hâte de lire vos commentaires sur le Belize,
    qui existe en version full proof, lui…

    Je n’ai pas compris votre commentaire sur le prix :
    « Administration coloniale »… Qu’entendez vous par là ?
    Si c’est pour supposer que le prix est un peu fort
    pour un Caroni 18 ans dilué à 43% alors que pour seulement
    quelques Euro de plus on peut encore trouver
    le Velier 17 ans 1996-2013 55%, je suis un peu d’accord
    mais après tout, chacun jugera sur pièce à la dégustation…

    • whiskyleaks 10 décembre, 2014 at 12:23 Répondre

      Bonjour,
      Merci pour votre intérêt.
      La réduction n’affecte pas outre mesure le caractère de ce Caroni. Le Travellers de Belize en full proof est en effet excellent. Nous en parlerons bientôt. Quant au prix, c’est juste une façon un peu distanciée de parler d’argent. Je ne trouve pas que cette bouteille soit trop coûteuse, au contraire. Le prix s’oublie la qualité reste.

Leave a reply