Skeldon 1978 (60,4% OB 2005): Archéologie et Botanique...

Skeldon 1978 Velier

Skeldon 1978

Le véritable travail d'archéologue qu'il a mené dans les entrepôts de Demerara a permis a Luca Gargano de mettre au jour de véritables merveilles, parmi lesquelles sept futs (3 de 1973 et 4 de 1978) estampillés Skeldon (voir ici l'interview de Luca Gargano ou il raconte la découverte des futs Skeldon). Ce nom mystérieux peint en rouge sur les futs (d'ou la couleur de l'étiquette) vient des alambics à colonne qui servirent à sa distillation avant de disparaitre dans les méandres de la distillerie Diamond. On a ici affaire à une sorte de mirage éthylique à la réputation déjà légendaire dans le milieu des amateurs de rhums ambrés. L'excellent site durhum.com avait il y a peu publié une note de dégustation élogieuse de l'assemblage des 3 futs de 1973 mis sur le marché par Vélier en 2005. J'ai eu l'occasion de gouter la version 1978 chez Gilli, un bar de Florence assez quelconque mais très bien achalandé (on peut aussi y boire des Port-Ellen et vieux Lagavulin). Puissance, complexité et fruits tropicaux sont au rendez-vous...

Oeil: Cuivre Noir/Ebene

Nez: Exceptionel. Beaucoup de similitudes avec un vieil Armagnac. Pasteque, jamboo (un fruit tropical qui pousse autour du détroit de Malacca), caramel, mélasses, tabac blond et fruits macérés. Influence du bois évidente, beurre de cacao. Des senteurs de Cola apparaissent, vieux Karuizawa et canelle. Ca défonce.

Jamboo

Jamboo

Bouche: Vanille de Madagascar, caramel brulé qui améne d'emblée une certaine amertume. Poivre et épices qui envoient du bois, c'est le cas de le dire. Thé earl grey, bergamotte et écorces d'orange. Cola et tabac blond, noix de coco. Notes salées, cacahuettes qui iraient a merveille avec un Spritz!

Finale: Umami, minéral et épicé, quelque chose de beurré, sirupeux, belle corpulence. Hawthorn fruit flakes, le Karuizawa du Rhum.

(Avec de l'eau) se calme un peu. Plus sucré et moins amer. Gelatto au caramel.

Hawthorn Fruit

Hawthorn Fruit

Un Rhum exceptionnel et sans compromission qui tient toutes ses promesses. On espère pouvoir tester la version 1973 un jour. Il va falloir digger profond pour en trouver une bouteille...

Note: AAA (Mayer Hawthorne)

Prix: environ 500 euros.

2 comments

    • whiskyleaks 7 octobre, 2014 at 16:00 Répondre

      C’est vraiment un jus formidable. Je l’ai bu avec ma femme, qui ne boit jamais de trucs a 60%, elle a adoré. La complexité est remarquable. Un rhum qui n’a rien a envier aux plus grands whiskies…

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.