Mackmyra Vinterdröm : l'ovni suédois à l'accent caribéen

Dernier né de la gamme Seasons, ce Mackmyra Vinterdröm ne fait pas les choses à moitié. Embouteillé à 46,1% dans un joli flacon au design moderne et minimaliste il a fini son vieillissement dans des futs de rum Plantation en provenance de la Barbade et de la Jamaïque. Né en 1999 dans les environs de Stockholm, Mackmyra est réputé pour son utilisation de fûts originaux. Ses whiskies sont souvent issus d'assemblage de tonneaux de bourbon et de chêne neuf suédois qui lui donne un coté un peu rude. Pour arrondir l'ensemble, Mackmyra est passé maître dans l'art de l'assemblage et les fûts exotiques sont légions. Un précédent embouteillage de la gamme Seasons avait d'ailleurs été maturé dans des tonneaux ayant préalablement contenu du vin de plaquebière (cloudberry), un truc très courant dans les pays nordiques mais parfaitement improbable sous nos latitudes. Pour ce Vinterdröm, Mackmyra est allé chercher du côté de chez Ferrand et de ses excellents rums Plantation dont on vous parlait ici. Le résultat est étonnant, à mi chemin entre la rudesse du climat suédois et la chaleur des tropiques.

distillerie-mackmyra

La distillerie Mackmyra, réinterprétation futuriste de la petite maison dans la prairie.

mackmyra vinterdrömNez: Assez engageant, il est beurré comme un petit Lu. On remarque très vite son caractère original et le fut de rum jamaïcain se fait sentir avec ses notes de banane séchée et d'ananas. On n'est pas très loin du rhum et le bois léger souligne son caractère résolument funky. Le bazar s'ouvre ensuite sur la noisette. C'est très original et ça donne envie de s'en envoyer un verre sur une plage déserte. Qui a dit qu'il s'agissait d' un whisky d'hiver?

Bouche:  Attention ovni! C'est certainement le whisky le plus étonnant qu'on ait goûté cette année. D'abord très huileux et gras en bouche comme pour mieux souligner le beurre qu'on trouvait au nez, il évolue ensuite sur quelques chose de très sec et très salé. Assez épicé avec des notes de bâton cannelle, il fait également parler la noisette. Un whisky radical qui nous prend par surprise, le virage à 180 degrés qu'il effectue en passant du très gras au très sec est inédit. On passe par tous les états et il nous laisse sur le cul. C'est un peu l'antithèse du whisky délicat, forgé par la rudesse du climat suédois et le punch d'un rum des caraïbes il fait parler la poudre. Amateur de sensations fortes foncez, amateur de classic Speyside délicat passez votre chemin.

Finale: Longue pour un whisky à priori jeune. Elle est très puissante, assez boisée et marquée par le praliné. Beaucoup d'épices et de sel encore une fois. Pas anodine en tous les cas.

Note: BBB

Prix : 75 € (chômeur suédois)

L'ovni de l'automne, ce suédois à l'accent caribéen ne passe pas inaperçu. 

Leave a reply