Compass Box 5th and Harrison (55.3%, OB 2016 pour K&L Wines): Harrison Fort!

Screen Shot 2016-07-29 at 9.30.09 PM

Si les blends semblent avoir ces dernières années repris du poil de la bête, ils le doivent en grande partie au patron de Compass Box, John Glaser, dont les assemblages racés et packagings luxueux ont mis la misère à plus d'un single malt NAS en flacon de cristal. 

On l'a vu il y a quelque temps avec les excellents Lost Blend et Flaming Heart, un blend bien branlé est parfois plus agréable à boire qu'un single malt bancal, d'autant plus que Compass Box insiste sur la transparence concernant les whiskies qui entrent dans la composition de son matos. Un plus!

Les blends de Glaser and Co. connaissant une popularité croissante aux Etats-Unis, ou l'offre de single malts est bien plus limitée qu'en Europe, K&L Wines, l'un des meilleurs cavistes la Cote Ouest, lui a proposé de produire un blend unique pour l'ouverture de son nouveau magasin à l'angle de Harrison St. et 5th St. D'ou le nom du matos: Compass Box 5th and Harrison.

L'assemblage, tiré d'un barril de Caol Ila de 30 ans et d'un Sherry Butt de Glen Ord de 20 ans, a été très bien reçu par les consommateurs du cru et l'ensemble du stock s'est écoulé en moins d'une semaine. Comme le hasard fait bien les choses, on était dans le coin et une bouteille nous est miraculeusement tombée entre les mains. Voyons ce que vaut ce Compass Box à la sauce San Francisco...

 

Oeil: Cuivré

 

Nez: Le Caol Ila semble dominer au départ avec des notes iodées plutôt prononcées: compresses et bétadine sont dans le spot! Le sherry du Glen Ord se pointe par la porte de derrière et commence a faire étalage de son talent: fruits verts tropicaux genre papaye et mangue, bananes séchées et litchi. Plus de bois ensuite, du caramel brûlé, du cirage et des épices. Ce qui étonne c'est le va et vient constant entre les impressions de vieux whisky tourbé et le jeune sherry dynamique. Tend ensuite a devenir un poil terreux tout en tirant vers les agrumes. Un mariage qui fonctionne!

 

Bouche: Entrée en matière athlétique, grosse présence du caramel et des épices, genre piment de Cayenne et clou de girofle. La tourbe, l'iode et le sherry poussent à fond le coté terreux aperçu au bout du nez: randonnée en sous-bois, girolles et cèpes, humus, terreau. Quelque chose d'hégélien dans la dialectique sucré-salé dont les éléments arrivent par phases. Un aspect bonbon digestif: eucalyptus, réglisse, menthol, puis le retour des fruits verts, papaye, pomme verte et compagnie. Devient plus sucré après un moment. Comme au blair, il y a de quoi faire! La constante évolution en bouche est vraiment agréable et étonnante. Un beau, gros jus!

 

Finale: Longue, (ré)apparition de la tourbe enrobée de réglisse vanillée et d'un poil de sel rose de l’Himalaya. N'est pas sans rappeler l'excellent Longrow 18.

 

John Glaser ne s'est pas moqué, il a offert un beau cadeau d'anniversaire au négociant phare de San Francisco. Ce 5th and Harrison est de la bonne came... Je pense que je vais me re-servir un petit verre!

 

Note: A+ (Joe Montana)

 

Prix: 179 dollars (Prolétariat Tech-Industriel)

Leave a reply