Longrow 18 ans (46%, OB 2014): Terminator!

 

Longrow 18

Si Springbank est surtout connue pour son malt éponyme, elle n'en produit pas moins, comme toute distillerie couteau Suisse old-school qui se respecte, deux autres whiskies totalement différents. Le premier, Hazelburn, est distillé trois fois à la mode des Lowlands alors que Longrow (qui fut introduit en 1973) est tourbé et distillé deux fois.

Ce dernier jouit parmi les "peat heads" (amateurs de tourbe) d'une cote de popularité enviable qu'il doit autant à l'aura de Springbank et à son gout inimitable, qu'au délicieux packaging vieillot qui lui confère un charme suranné. Nous goutons aujourd'hui le Longrow 18 ans, un whisky fortement tourbé (on parle de 50 ppm) et vieilli en futs de Sherry. Comme beaucoup, la combinaison Springbank + Sherry Casks + Tourbe ne nous laisse pas de marbre. Voyons ce que cela donne!

 

Œil : Cuivré

 

Nez : Sherry et tourbe font bon ménage. Quelque chose de minéral et de fruité à la fois : noix de coco très présente et pêches de vigne, petits cailloux. Un coté capiteux et aromatique, du cuir, du beurre de cacao, du tabac blond parfumé, du cola. Ambiance orientale, comme si Campbeltown s’était trouvé sur la route des épices à une encablure de Samarkand… La fumée est bien intégrée avec une légère impression de souffre. Apres un moment dans le verre apparaissent des notes mentholées. Un whisky vieux style. Tuerie !

 

Bouche : Fait tout de suite plus penser à un Springbank mais qui aurait passé quelques semaines dans un camp d’entrainement des SAS. Viril et austère : un whisky parfait pour la fin de l’automne. La tourbe est plus présente qu’au nez et donne moins dans les notes fruitées. On est plutôt sur de la cire, du café, et des impressions marines du genre algues et fruits de mer. Cela enchaine sur un coté crème pâtissière, baba au rhum et myrtilles, avec moult épices : poivre et piments habanero (pour le coté fumé). Comme quand le Terminator entre dans la boite de nuit ou s’est cachée Sarah Connor, le Longrow 18 ans n’est pas venu pour rigoler.

 

Finale : Longue, plus sucrée que ce à quoi on aurait pu s’attendre. Avec une légère amertume qui souligne l’influence du bois.

 

Un whisky délicieusement old-school, difficile d’accès mais le jeu en vaut la chandelle. Un profil qui se rapproche quelque peu du génial Yoichi 20. On l'entendrait presque murmurer "viens avec moi si tu veux vivre!" Suivez son conseil, achetez-en une bouteille tout de suite, vous ne le regretterez pas!

 

Note : AA (Kyle Reese)

 

Prix : 135 euros ici et ici (Bourgeoisie Post-Apocalyptique). Disponible aussi sur Cdiscount pour 129,99. N'hésitez pas à l'ajouter au panier quand votre Sarah Connor/Kyle Reese à vous commande un nouveau four micro-ondes ou un lecteur DVD...

7 comments

  1. BraD_PeaT 4 mai, 2016 at 16:59 Répondre

    « L18 Terminator » ajouté ce jour dans le caddy virtuel pour 99,99€ sur cdiscount (code CFOU20). Merci Bertrand pour ce joli billet de dégustation qui m’a donné envie d’explorer plus loin que le Longrow Peated NAS…

    • whiskyleaks 5 mai, 2016 at 01:57 Répondre

      Salut BradPeat,

      Merci pour le tuyau. A 100 balles ca devient un super plan par les temps qui courent! Le Longrow Peated est excellent dans son genre (il faudrait d’ailleurs qu’on fasse une note de dégustation…) mais le 18 est quand meme bien au dessus. Profite bien!

  2. Rob 31 octobre, 2016 at 16:30 Répondre

    Salut Bertrand !

    Merci pour ta note de dégustation ?

    Apparemment il y a de grosses différences selon les batch pour ce Longrow 18 ans !

    Sais-tu avec certitude l’année de ta bouteille de dégustation ?

    Merci !

    • whiskyleaks 31 octobre, 2016 at 16:48 Répondre

      Salut Rob,

      En effet, il y a pas mal de différence entre les batches. D’après ce que j’ai pu comprendre ils n’utilisent pas toujours les memes types de futs. Celui pour lequel j’ai écrit la note de dégustation était bien le 2014.

      Bertrand

  3. Rob 31 octobre, 2016 at 16:57 Répondre

    Merci pour la précision et la réponse rapide !!

    Ouais je lis partout que les différences sont assez énormes…et difficile d’obtenir des réponses…

    J’ai écris à Master of Malt (très réactifs ils m’ont répondu dans la foulée) mais leur réponse était brève : « on ne peut pas savoir car ce n’est pas écris sur la bouteille » lol

    Seul Whisky Exchange pour le moment me confirme que leurs batches sont de 2016…

    Affaire à suivre

    • whiskyleaks 31 octobre, 2016 at 17:13 Répondre

      Apparemment le 2016 est vieilli en futs de Rhum (60%) et en futs de Sherry (40%), alors que les expressions précédentes étaient 100% Sherry.

      Si tu veux une réponse ferme le mieux c’est peut être d’écrire a Springbank. Ils sont sympa mais mettent parfois du temps a répondre.

      Bertrand

Leave a reply