Glengoyne 18 ans (43%, OB 2015): Rond Comme un Ballon!

Glengoyne 18

 

Glengoyne est l'une des ces distilleries écossaises qui siègent parmi les curiosités géographiques du monde du whisky. Elle est en effet située sur la "Highland Line" qui partage les Highlands et Lowlands, les alambics se trouvant sur les hautes terres alors que les chais, situés quelques dizaines de mètres plus au sud, se trouvent pour leur part sur les basses terres... En ce qui concerne le whisky, l'appellation Highlands que l'on attribue à Glengoyne n'est pas usurpée puisque le nectar est presqu'exclusivement vieilli en futs de Sherry, un peu à la manière d'un Glendronach ou d'un Dalmore. Il n'y point point ici de cette triple distillation qui est souvent la marque de fabrique des single-malts des Lowlands.

 

La distillerie, très pittoresque, possède l'un des "visitor centers" les plus visités d'Ecosse, une popularité qu'elle doit en grande partie à la proximité de Glasgow. C'est d'ailleurs la premiere distillerie qu'il m'ait été donné de visiter, lors d'un voyage linguistique, au milieu des années 90. J'en garde un souvenir ému meme si j'avoue ne pas avoir aujourd'hui d'affinité particulière pour le whisky qu'elle produit... Depuis 2003, Glengoyne appartient à Ian MacLeod Distillers qui possède également Tamdhu et met en avant, dans sa communication, les futs utilisés dans la maturation de whisky. Il est à noter que mis à part une expression Glengoyne Cask Strength (que nous gouterons bientôt), tous les whiskies offerts par la distillerie portent une mention d'age. Un façon astucieuse de se démarquer des ses concurrentes qui ont pris le virage NAS. Nous goutons aujourd'hui le Glengoyne 18 ans qui, si l'on en croit le site de la distillerie, a été vieilli à 50% en futs de Sherry de premier remplissage et 50% en "quality oak casks" (ce qui, entre nous, ne veut pas dire grand chose...). Voyons ce que cela donne. 

 

Oeil: Cuivré

 

Nez: Rond. Commence sur des notes de souffre avant d'embrayer sur un registre pâtissier: frangipane, marmelade d'oranges, de l'anis, papier mâché, un peu de chocolat au lait... Il y a aussi un soupçon d'éponge qui nous fait dire que les futs n'ont pas tous du être tip-top. Caramels ultra-lactés genre werther's original, on fera porter le chapeau aux "Quality Oak Casks"... Un coté un peu "vert" aussi, un brin de pêche. Sur la fin on sent se développer des arômes de tabac et de cuir. Il ne manque pas grand chose pour que ce soit vraiment bon.

 

Bouche: Les gars, il faut rester cool sur la dilution! Le sentiment de boire de l'eau dans laquelle on aurait fait tremper du whisky... Micro-pénis: une impression de noisettes et de glands, c'est le syndrome Macallan. Glace au café. Il y a du caramel brulé et des épices puis des notes mentholées et de l'anis encore. Très vite cela devient assez iodé et salé, un coté marin que l'on attendait pas chez ce Highlander bien ancré dans la campagne Glasvégienne. Encore une couche de frangipane qui s'accompagne d'une très légère amertume. Pas mal.

 

Finale: Moyen longue. Plutôt minérale et mentholée.

 

Un whisky honnête et tout en rondeur mais on a l'impression que certains futs ont été ajoutés pour faire le nombre et ont manqué de coffre. Pour amateurs de notes lactées et mentholées. Enfin, ce n'est pas la peine de se palucher sur les futs si c'est pour embouteiller le whisky à 43%. Peut être un poil en dessous des Glendronach 15 ans et autres Glenfarclas 21 ans... 

 

Note: A- (Henrik Larsson)

 

Prix: Entre 65 et 80 euros. (65 euros aux Pays-Bas et 75 euros en ligne en France).

Leave a reply