Neisson, le rhum agricole 2.0

Cette année Neisson fête ses 85 ans en fanfare et propose 4 nouveaux embouteillages. Malgré son grand âge, la distillerie martiniquaise fait toujours preuve d’innovation et révolutionne son processus de vieillissement.

Si les 80 ans de la marque était passés relativement inaperçus, la distillerie a cette fois fait les choses en grand. Entre le gros coup de com’ lié à la sortie des nouveautés et la mise en avant en mode vénère par LMDW, personne n’est passé à côté. Il faut dire que le marché du rhum a pas mal évolué en 5 ans. En 2012, le renouveau du rhum n’en était qu’à ses balbutiements, aujourd’hui c’est une déferlante sur laquelle Neisson surfe en toute légitimité.

 

Neisson toujours à la pointe de l’innovation

Maison historique chérie pour ses rhums blancs, Neisson a toujours su faire preuve d’innovation. Lorsqu’ Adrien Neisson achète le domaine de la Thieubert en 1932, il envoie son petit frère Hildevert-Pamphile faire ses études de chimie à Paris afin qu’il maîtrise l’art subtil de la distillation. Malgré son prénom improbable, ce dernier s’en sort à merveille et lors de son retour au pays il révolutionne les installations et les méthodes de distillation. Rebaptisé Jean, le cadet des frères revoit le processus de fermentation qu’il fait durer 5 jours contre 2 auparavant. En 1952, il fait installer une imposante colonne Savalle qu’il modifie afin d’en tirer le meilleur parti. C’est également lui qui est à l’origine de la fameuse bouteille aux « Zépol’ Karé » qui permet à un aveugle de reconnaître son jus préféré dans un rayon de supermarché. A la mort de Jean, en 1986, la distillerie se laisse un peu aller et disparaît un peu des radars jusqu’à ce que Claudine, la fille, et Grégory, le petit fils, reprennent les affaires. Leur premier fait d’arme est le lancement de l’Esprit en 2002. Embouteillé à 70% ce rhum blanc met tout le monde d’accord. Proposé sans réduction, ce rhum est trompeur à plus d’un titre, malgré son fort degré il est à la fois doux et délicat. En 2016, Neisson va encore plus loin en déclinant l’Esprit dans une version bio. Après 5 ans de travail consacré au développement de la culture biologique d’une partie du domaine, Neisson reçoit enfin le label ecocert. Déjà disponible en Martinique, ce rhum est attendu pour septembre 2017 en métropole.

 

Nouvelle gamme

Pour célébrer ses 85 ans Neisson a récemment libéré 4 nouveaux embouteillages : Profil 105, Vieux, XO et 12 ans. Si les vieux et XO ne réinventent pas la roue, le Profil 105 nous laisse entrevoir le futur de la distillerie tandis que le 12 ans est à l’image des meilleurs très vieux rhums de la maison.

Avec Profil 105, Neisson a totalement revu le processus de vieillissement. Alors que les ESB (élevés sous-bois #cèpes) passent traditionnellement dans d’anciens fut de bourbon, cette nouvelle référence a vieilli dans des barriques neuves assemblées à partir de différents chênes. Ce rhum doit son nom au profil de chauffe du fût, ici c’est le profil 105 qui a été sélectionné. Avec ce nouvel embouteillage, Neisson nous laisse entrevoir l’avenir du rhum. D’ici 10 ans la distillerie souhaite passer à 100% de futs neufs. Le résultat est une merveille, une complexité rare pour un jus aussi jeune (18 mois en fûts). On adore son côté légèrement épicé et ses notes d’agrumes. Le bazar évolue sans cesse en bouche et la canne fraîche n’est jamais loin. Pour moins de 50€, ce rhum est le bon plan du moment. Pas de panique si vous ne le trouvez plus chez les cavistes, une nouvelle livraison débarque en juillet.

Avec le 12 ans, Neisson nous sort le genre de came qui pourrait convertir un amateur de vodka et son palais atrophié au rhum vieux en 30 secondes. Du très gros matos dans la droite lignée des cuvées 15, 18 et 21 ans. Vieilli en fûts de bourbon puis affiné en foudre de chêne du Limousin ce rhum est le meilleur représentant de la tradition du rhum vieux chez Neisson. Le fondu extraordinaire est digne des plus grands cognacs, on aime sa richesse et sa précision qui fait parler le chocolat et les fruits confits. Si ce rhum est exceptionnel on ne peut que déplorer son prix quasi prohibitif (198€). Lorsqu’on a demandé à Alex Bobi, le maître de chais, ce qui pouvait justifier un tel prix il nous a sorti le truc classique du genre ce produit n’a pas de prix, c’est du rêve en bouteille, c’est beaucoup de travail, blablabla. Alors certes, on ne néglige la masse de travail et la grosse dose de passion qu’il a fallu pour créer ce rhum mais il suffit de regarder ce que fait le voisin de Neisson pour s’apercevoir que ces 200 boules sont exagérés. Depaz, le voisin en question, travaille aussi de façon artisanale et a récemment sorti un single cask 2003 hallucinant pour moins de 100 €. Le rêve à bon dos…. On va pas bouder notre plaisir non plus, ce Neisson 12 ans reste une merveille.

 

Pour plus d'infos sur les vieux Neisson on vous renvoie sur l'excellent article de Durhum.com

 

Neisson Profil 105 (70cl, 54,2%)

Note : AA (Gilbert Marguerite)

Prix : 48 € (footballeur de seconde zone à la retraite)

 

Neisson 12 ans (70cl, 52,7%)

Note : AAA (Éric Abidal)

Prix : 198 € (ancien international)

 

 

Leave a reply