Smoky sour: faites parler la tourbe!

Oui on sait, le whisky tourbé ne plait pas à tout le monde. On m' a d'ailleurs souvent demandé de balancer cette infusion de boue à base d'eau saumâtre qu'on croirait cuite au barbecue. J'ai systématiquement refusé: "Si vous n'aimez pas la terre, si vous n'aimez pas l'iode, si vous n'aimez pas la fumée. Allez vous faire foutre!" Admettez que la réponse est aussi radicale que peu pédagogique. Il fallait réviser mes méthodes afin que mon entourage daigne enfin plonger dans la tourbe. Et puis voila, la réponse est apparue comme une évidence à la 879è page du Difford's guide. Elle porte le nom de Smoky sour. 37 secondes plus tard le cocktail était prêt.

C'est chouette ton cocktail, la fumée lui donne un côté agréable qui me réchauffe et me donne envie de faire péter mon soutif.

Angoisse, sueur froide: va-t-elle encore m'annoncer que mon breuvage sent le feu de bois éteint par une armée de bidasses incontinents?  "C'est chouette ton cocktail, la fumée lui donne un petit côté agréable qui me réchauffe et me donne envie de faire péter mon soutif." Miracle, joie bonheur, (érection?)! Il n'en fallait pas plus pour que ce cocktail entre immédiatement dans mon top 5. Depuis ce jour, je bénis Simon Difford d'avoir inventé cette merveille. Il faut dire que l'ensemble est super accessible, un espèce de twist de whisky sour dopé au Laphroaig et au sirop d'érable. Bref, une tuerie qui en plus de ses vertus aphrodisiaques est assez facile à réaliser. A vos shakers!

 

Smoky sour

La recette.

Dans un shaker sans glaçons versez:

  • 3 cl de blended whisky (ici Ballantines 17)
  • 3 cl de whisky tourbé (ici Laphroaig)
  • 3 cl de jus de citron jaune
  • 2,2 cl de sirop d'érable
  • 1 dash d'Angostura
  • 1/2 blanc d'oeuf

Shakez comme si l'avenir de la banquise était en jeu puis ajoutez des glaçons et shakez à nouveau.

Servez dans un verre rempli de glaçons.

Garnissez d'un zeste de citron et faites parler la tourbe!

Si cette recette vous a plu, n'hésitez pas à vous envoyer un Penicillin.

 

3 comments

  1. Dan 19 juillet, 2016 at 09:24 Répondre

    « Si vous n’aimez pas la terre, si vous n’aimez pas l’iode, si vous n’aimez pas la fumée. Allez vous faire foutre! »

    Tu as trouvé ton cocktail, j’ai trouvé ma signature. Merci!

  2. Alxboss 21 mai, 2017 at 20:33 Répondre

    Bonsoir, j’ai goûté le penicillin dans un resto ou le serveur pas sympa n’a pas voulu me donner sa rectte de ce merveilleux breuvage. Le rascal! Ni une ni deux, je m’empare de ma tablette, lance une recherche et tombe sur whiskyleaks. Woaw! Bravo pour votre site, il envoie de la tourbe! Et du coup, je vais tester celui ci, le smoky sour! J’ai hâte d’aller faire les courses, ( pour une fois) cela etonne ma femme d’ailleurs… bonne continuation et je repars en lecture, un penicillin a la main…

    • whiskyleaks 21 mai, 2017 at 21:36 Répondre

      Bonsoir, merci beaucoup pour ton message. Le barman qui veut pas filer la recette du pénicillin c est vraiment une fin de race, c est pas comme si c est lui qui l avait inventé ! Bonne lecture et bon cocktail !

Leave a reply