Teeling 24 ans (46%, OB 2016): Electric Ladyland!

 

Anciens propriétaires de la distillerie Cooley (vendue à Jim Beam en 2011), les frères Teeling ont rejoué la partition d'Ichiro Akuto en emportant avec eux un beau paquet de fûts qui trainaient dans le coin. Parmi ceux-ci se trouvaient un nombre de barils contenant du whisky issu d'une distillation expérimentale réalisée à Bushmills en 1991 à partir d'orge tourbée.

 

Cela fait deux ou trois ans que ce whisky unique, mélangeant les fruits typiques du malt Irlandais et une grosse tourbe que ne renierait pas Islay, est mis sur le marché par le biais d'embouteilleurs indépendants (surtout Belges et Allemands). Il fait le bonheur des initiés amateurs de whiskies fruités qui n'hésitent pas à appuyer velu sur la pédale wah-wah pour envoyer du funk. 

 

Voyant que leur matos était bien kiffé et sans doute à la recherche de quelques fonds en attendant que leur nouvelle distillerie de Dublin ne tourne à plein regime, les Teeling ont décidé d'embouteiller le jus eux mêmes, et nous proposent donc ce Teeling 24 ans (il faut lire Bushmills 1991) fini en futs de Sauternes. Ruben de Whiskynotes.be nous avait mis la puce à l'oreille avec un excellent review. On a cliqué sans trop se poser de questions... Il est temps de goûter, on s'attend au meilleur!

 

Oeil: Cuivré

 

Nez: Ces Nord-rlandais tourbés font souvent la différence au nez; tête décroisée à la réception d'une touche longue, kick, rush, et esprit de conquête. On n'est plus très loin des invasions Normandes, Lindisfarne, Book of Kells, Saint Columba, et hop! Un max de fruits tropicaux, macérés, citronneux, papaye et mangue, fraîcheur boisée qui n'est pas rappeler la proue d'un drakkar perdu dans le brouillard quelque part entre les falaises de Moher et les Hébrides extérieures. La digression est aussi une des vertus des whiskies d'exception. Une pointe de chocolat noir, verdure toujours, épices et menthol. Fumée de circonstance mais très atténuée. Comme dirait Jimi Hendrix, la femme électrique vous attend...

 

Bouche: Cire d'abeilles, jambon blanc (pour mettre entre deux tranches de pain de mie et à consommer à la fin des neufs premiers trous du Royal County Down, qui est à Irlande du Nord ce que Royal Dornoch est à l'Ecosse), du poivre noir concassé de Tellicherry. Au bout d'un moment apparaissent des notes de céréales, blé, orge, et de bière qui donnent pendant un instant l'impression d'avoir bu une IPA. Extrêmement ballèze pour un whisky embouteillé à 46% et malgré le coté fruité funky c'est plutôt burné. Sur la fin, la fumé se fait champêtre avec des notes de foin.

 

Finale: Longue, minérale et salée avec un poil d'amertume et comme une pointe de durian en toute fin comme pour rendre hommage aux officiers coloniaux Irlandais perdus dans quelque coin du détroit de Malacca!

 

Ces Irlandais (Bushmills) tourbés sont magiques et ce Teeling 24 ans est particulièrement beau au nez. Il n'y pas grand chose d'autre à dire si ce n'est que quand le stock aura été épuisé on risque d'avoir dur (comme dirait Franky).

 

Note: AA+ (Jimi Hendrix)

 

Prix: 300 euros (Electric Lady)

 

Leave a reply