Et le Grand Prix Whiskyleaks 2016 est attribué à...

Un peu de patience s'il vous plaît.

Notre planète n'a pas encore accompli dix pour cent de sa révolution autour de l'Astre Solaire que nous sommes déjà en mesure de vous présenter le meilleur roman de l'année. Pour autant, c'est une prise de risque minimale tant nous sommes persuadés que lorsque vous aurez suivi notre conseil vous nous pardonnerez notre empressement –  d'autant plus facilement qu'un livre c'est toujours moins cher qu'une caisse de Crown Royal achetée à l'étranger sur les conseils de la concurrence...

Autre argument, alors que le monde littéraire est tout entier tendu autour de la question qui touche à la capacité de Virginie Despentes à saucer son assiette chez Drouant sans en mettre sur la cravate d'Eric Emmanuel Schmitt, nous vous offrons une respiration salvatrice avec un Prix totalement indépendant, partial et complètement confidentiel. – Evitez d'ailleurs de vous rendre chez un libraire en demandant "le dernier Prix Whiskyleaks" car malgré l'augmentation exponentielle de notre lectorat, il risque de ne pas être au courant. Pensez donc à noter les références. 

Alors justement, les références ? De quel livre on parle au fait ? 

Attention, roulements de tambour, bousculade de journalistes, plateau spécial sur BFM TV, voix qui chevrote (entre ici Jean Moulin) :

 

Le Grand Prix Whiskyleaks 2016 est attribué à...

Grand Prix Whiskyleaks

Jean Échenoz, Envoyée spéciale, Les Éditions de Minuit, 2016, 320 p, 18,50 €

 

Et voilà ! Mais pourquoi Jean Echenoz alors ? Après les biographies de Zatopek ou de Ravel, l'écrivain des Buttes-Chaumont se serait-il lancé dans une vie de Masataka Taketsuru ? Non. Terminons en d'ailleurs avec ce suspense frelaté, il n'y est pas non plus beaucoup question d'alcool. Il s'agit juste du meilleur livre sorti cette année et il y a fort à parier que si l'on pouvait cumuler les prix littéraires comme nos élus cumulent les mandats, il aurait tout raflé. Mais on ne peut pas être et avoir été, Jean Échenoz n'est donc plus dans la course aux médailles, pour en avoir trop gagnées. Donc heureusement que nous sommes là pour cette récompense en forme d'hommage.

Mais de quoi ça parle au fait ?

 

Un livre sur rien

C'est tout le génie de cette histoire impossible à résumer, qui voit l'ex-compagne d'un compositeur de variétés s'engager dans les Services Secrets Français pour une mission en Corée du Nord – non sans avoir  avant cela, passé quelques temps dans la cabine d'un éolienne quelque part dans La Creuse...

Digestion intégrale d'un demi-siècle de littérature française, Envoyée Spéciale est un roman qui semble avoir "conscience de lui-même" ( Big up Lawrence Durell). Le narrateur n'hésite pas à montrer les fils par lesquels il manipule son petit monde ni même à interpeller directement un lecteur heureux. On est fasciné par l'intelligence du dispositif et incapable de ne pas tourner la page pour en savoir un peu plus de ce grand rien. "L'intrigue est un mal nécessaire" déclarait récemment l'auteur dans un hebdomadaire culturel de centre-gauche très prisé du lectorat enseignant. On ne peut qu'abonder, à l'heure ou les fictions du soi et les grands-livres-sur-des-sujets-importants squattent les tables des libraires, Jean Échenoz offre un moment de pur bonheur littéraire, tout en restant dans la ligne générale de Minuit.

Mais que le Nouveau Roman vous attire ou vous rebute, n'ayez crainte. On trouve de tout ici, d'un côté la poursuite du dynamitage de Balzac et de l'autre la foi redoublée dans le roman comme Art Majeur. Échenoz c'est Robbe Grillet dans le slip de Manchette. 

 

" Un verre de Laphroaig Cask Strength Red Stripe à la main"

Bien entendu on ne vous en parlerait pas si l'auteur ne faisait pas preuve dans son œuvre d'un peu de savoir boire. Et comment ne pas crier au chef-d’œuvre quand le seul verre de whisky issu d'une bouteille nommément présentée est un verre de Laphroaig Cask Strength, "Red Stripe" nous précise même l'auteur.

Laphroaig-Diego

Le Red Stripe c'est entre 88 et 92 sur whiskyfun. Serge Valentin valide !

 Soucis du détail donc et bon goût d'avoir sélectionné entre tous les autres cet excellent whisky. Seul un amateur éclairé pouvait référencer ainsi son discours. Ne serait-ce que pour cela, il mérite amplement le Grand Prix Whiskyleaks 2016. Plus loin, c'est un Rhum Nation Barbados (10 ans, 40%) qui apparaît. Encore un choix judicieux.

Le pairing est donc tout trouvé. Le seul obstacle reste le prix des Laphroaig Red Stripe mais vous pouvez vous rabattre sur le Laphroaig Quarter Cask, du cask strength sans le bandeau rouge mais qui vous mettra dans l'ambiance. 

Et vous n'avez plus qu'à espérer qu'il pleuve tout le week-end. 

 

4 comments

  1. BraD_PeaT 21 janvier, 2016 at 11:09 Répondre

    Je me délecte de vos billets souvent bien sentis mais par pitié, « Cask StrenGTH » ! Merci pour le conseil de lecture (tiens, je viens de faire le plein de Laphroaig QC) et surtout continuez…

  2. Flox 16 février, 2016 at 11:55 Répondre

    Première visite sur Whiskey leaks, excellente surprise et… je viens justement, grand hasard s’il en est, de terminer Envoyée Spéciale : OUI je valide le choix ! Un auteur incroyable, des mots qui chantent, c’est aussi délicieux que le whiskey évoqué et ça se boit sans pouvoir s’arrêter !

Leave a reply