Four Roses 125th Anniversary (51.5%, OB 2013): Cinq Levures, Quatre Roses et Trois Grains!

Four_Roses_125_Anniversary_Small_Batch_Bourbon

Apres les merveilleux ryes Van Winkle et Handy Sazerac on continue sur notre tour d'horizon du whiskey Américain avec un bourbon, le Four Roses 125th Anniversary. La distillerie de Lawrenceburg dans le Kentucky est surtout connue en France pour son jus d'entrée de gamme, le Yellow Label, que l'on trouve souvent associé malgré lui a du coca dans les beuveries pré-night club de zones péri-urbaines. De l'autre coté de l'atlantique Four Roses est en revanche considérée par les fervents amateurs de Bourbon comme l'une des distilleries produisant le meilleur whiskey. Les éditions limitées, single barrel et small batch sont particulièrement courues, et le top de la gamme connu sous le nom "limited edition small batch" (autrefois "marriage collection") fait l'objet d'un véritable culte.

La qualité du bourbon produit par Four Roses tient en grande partie au travail en amont du maitre distillateur Jim Rutledge, qui a mis au point deux mash-bills (le dose de grains utilisés pour la distillation) et sélectionné cinq types de levures différents afin de pouvoir travailler au maximum les assemblages. Le procédé est expliqué ici par un tableau très clair qui permet de mieux comprendre  la façon dont est créé le bourbon maison. En 2013, pour fêter les 125 ans de la création de la distillerie, Rutledge a assemblé un bourbon exceptionnel a partir de trois jus différents: un bourbon de 18 ans et deux autres de 13 ans utilisant des mash-bills et levures différents. Selon John Hansell, l'éminence grise du magazine américain whisky advocate, c'est tout simplement le meilleur bourbon jamais produit par la distillerie. On ne va pas se faire prier pour gouter...

 

Jim Rutledge 2013

Jim Rutledge, la levure et le mash-bill (si si la famille)

 

Couleur: Ambre foncée.

Nez: Floral et sucré. Le bois est la mais sait se faire discret, les indigenes diraient que ce n'est pas trop "oaky". Poix chiches qui donnent un petit cachet levantin a ce four roses: l'as du falafel meets Lawrencebug, Kentucky. Colle UHU stick. Cafe, caramel et petales de rose. Comme un soupçon de vodka au nez. Na Zdrovie!

Bouche: Excellence attaque. Un jus plutot epais. Epices: piments jalapeno, habanero et poivre noir. Olives de Provence, avec les herbes. Loukoums et caramel: délices d'orient, l'alliance du sucre et de la rose. On trouve aussi du chocolat, chaud cacao. Vanille de circonstance et café creme. Il ne manque pas grand chose pour que ce soit parfait!

Finale: Plutot salee. On retrouve ces notes de reglisse qui sont l'apanage des grands bourbons. Finit sur le sucre alors que la reglisse tend vers le caramel. "Smooth" comme disent ceux qui n'ont rien a dire...

Le grand luxe, Four Roses ne s'est pas moqué pour son anniversaire. On essaiera de ne pas se trouer pour les 130 ans.

Note: AA (Salma Hayek, pour les Jalapeno)

Prix: 100 euros (Bourgeoisie Confédérée) porté disparu...

Leave a reply