George T. Stagg (69.1%, OB 2014): Float Like a Butterfly, Sting Like a Bee!

George Stagg 2014

L'arrivé de la Antique Collection de Buffalo Trace est, année après année, l'un des événements majeurs du whiskey américain. La star de la gamme, qui compte cinq embouteillages (George T. Stagg, William Larue Weller, Eagle Rare 17, Sazerac 18 et Thomas H. Sazerac) est sans aucun doute le George T. Stagg, un bourbon pur jus embouteillé au degré naturel. Pour la cuvée 2014, la distillerie de Frankfort dans le Kentucky nous sort un Stagg qui a passé 15 ans en fut et qui, si l'on en croit les notes de dégustation aperçues ci et la, est plus léger (façon de parler) que les années précédentes. Cela dit la légèreté n'est pas forcément un défaut tant la version 2012, dont nous vous parlions il y a de cela deux ans, mettait des mandales dont il était dur de se remettre. Est-ce plutôt Muhammed Ali ou George Foreman?

 

Œil : Cuivre foncé

 

Nez : Ultra expressif comme on devait s’y attendre. Toute la panoplie du vieux bourbon full-proof est la : bois et épices, caramel et vanille, notes mentholées aussi qui sont accompagnées par ces saveurs de terre qui lui sont propres et tendent vers les olives noires et origan. Cake aux fruits: pruneaux, pommes et cerises. Tabac blond et chocolat noir. Enfin un petit quelque chose de légèrement fumé qui doit venir du temps passé en fut. En toute fin un léger fruit tropical, comme un chewing-gum a la pastèque.

 

Bouche : Grosse attaque ou l’amertume et le caramel brulé partent en pole position. On se fait un peu surprendre par le degré d’alcool, comme d’habitude… L’impression de terre aperçue au nez se confirme et est plus présente que lors des éditions passées. Il y a des épices : poivre blanc, piments de Cayenne et clous de girofle qui endorment un peu la bouche. On revient un peu ensuite sur le registre du caramel et du sucre : toffee, chocolat et vanille. Avec de l’eau donne des notes de bourbon plus classique, comme un Eagle Rare survitaminé.

 

Finale : Longue, phénoménale. Développe des notes de vanille, de réglisse et de menthe, terre et bois qui restent en fond, minérale, champignons.

 

Un magnifique bourbon qui tape fort mais qui semble s'être un peu assagi, ce n’est plus tout a fait George Foreman mais plutôt Muhammad Ali, on reprend a notre compte la phrase de Cassius Clay:

 

« Float like a butterfly, Sting like a bee »

 

Virtuellement introuvable mais fortement conseillé, évidemment… Cela reste, a mon avis le plus grand bourbon produit aujourd'hui. Avis aux amateurs!

 

Prix : 100 euros (Champion WBA)

 

Note : AA+ (Cassius Clay)

Leave a reply