Panama 18 ans (40%, Rum Nation, Panama). Le banal de Panama ?

Rum Nation est un embouteilleur indépendant qui depuis 1999 met sur le marché des rhums issus de régions plus underground, comme le Panama. Leur gamme propose des références de La Barbade, de Trinidad – un Caroni 18 ans... – et même du Pérou. Alors certes, aujourd'hui, des destinations exotiques sont devenues plus mainstream mais il faut saluer le travail réalisé par les arpenteurs de la marque, issue de la maison de négoce italienne Wilson & Morgan.

B_DTWS_RumNation_Rumfestival_Berlin_Logo1

C'est en visitant des warehouse écossaises au début des années 1990 que Fabio Rossi a l'idée de s'intéresser au rhum, constatant le nombre de barils qui vieillissent sur le vieux continent. Encore néophyte, il étudie le rhum – un beau métier ... –  et lance en 1999 les premières bouteilles de Rum Nation sur le marché.

Son idée est alors de proposer des rhums désignés par leur aire géographique et non par la distillerie dont ils sont issus. Les Single Domaine sont lancés, chaque bouteille est ornée d'un timbre colonial rappelant son origine.

Nous goûtons aujourd'hui un Panama de 18 ans.

Panama 18

Panama 18 years Old (40%, Rum Nation, 2014)

Oeil : Cuivre sombre. Le vieillissement est visible. Un air de cognac.

Nez : Très riche. Mais assez tourné vers le sucre. On dépiste une onctuosité peut-être sirupeuse. Après quelques minutes, cela devient plus vif, agrumes, vanille. Fruits mûrs, raisin. Banane et mélasse. Un nez assez caractéristique des rhums ronds et chauds. Le vieillissement est sensible. Un côté digestif.

Bouche : Elle confirme une partie du nez. On sent d'abord le sucre. La rondeur est l'épaisseur est palpable, au détriment de l'attaque. Orange confite, chocolat, et miel  pas désagréable mais un peu lourd. Peu à peu le sucre s"amenuise au profit de notes plus vives, réglisse et lingettes – pour le côté "bouquet floral". Sarments du Médoc, quelques notes de poivre.

Finale : La rondeur sucrée lui permet de tenir la longueur mais ne libère rien d'autre de bien surprenant. Confirmation de son caractère digestif.

Au final, il s'agit d'un rhum pour amateurs d'alcools riches et ronds. Son vieillissement – continental – est intéressant mais le tout manque de vigueur. La réduction joue aussi un rôle prépondérant. Ce Panama est tout en rondeurs là et manque de punch – si je puis dire.

Cet embouteillage est plutôt à conseiller aux amateurs de cognac et de distillats riches et ronds.

Note : BB (Manuel Antonio Noriega)

Prix : Administration du canal (c. 65 €)

Leave a reply