Yamazaki Puncheon (48%, OB 2013): Le Chichibu du Pauvre!

yamazaki-puncheon-2013

Ces dernières années la famille Yamazaki s'est considérablement étoffée. A coté des expressions classiques, le sur-coté 12 ans et l'excellent mais désormais inabordable 18 ans, on trouve aujourd'hui un nombre important d'embouteillages sans mention d'age comprenant un énigmatique distiller's reserve en entrée de gamme et trois versions plus ou moins limitées et vieillies dans des futs spécifiques: puncheon, sherry, et mizunara (le chêne japonais). Le Yamazaki Puncheon que nous goutons aujourd'hui a été vieilli dans des futs du meme nom (d'un peu moins de 500 litres) ayant préalablement contenu, une fois n'est pas coutume, du bourbon (les puncheon sont souvent utilisés pour le sherry). L'intérêt d'un tel whisky est de permettre aux amateurs de la distillerie de gouter un Yamazaki vieilli dans un type de fut qui est généralement réservé aux assemblages. La question est donc de savoir si cette expression aux prix anormalement élevé (150 euros) pourra séduire un public plus large que les inconditionnels de la marque.

 

Œil : Doré

 

Nez : Léger, pas de quoi s’éclater le blair mais dégage des senteurs fruitées agréables : pêches de vigne, pommes, poires et citrons. Vanille et miel qui donnent dans ces impressions typiques de futs de bourbon, baba au rhum et crème pâtissière. Il y a des fleurs des champs qui soulignent la jeunesse du jus. S’ouvre un peu après 15mn dans le verre et fait étrangement penser à un Chichibu sous-vitaminé.

 

Bouche : Pas grand chose a se mettre sous la dent. A 48% l’alcool tape pas mal mais l’intégration pâtit de la jeunesse du whisky. Du sirop de miel, des agrumes, zestes d’orange et citron qui s’accompagnent d’une légère amertume. Cire d’abeilles. Vanille et crème pâtissière encore. Les notes maltées sont bien mises en avant. Le bourbon d’école sans fioritures et c’est à peu près tout…

 

Finale : Courte, limpide et minérale avec une touche de réglisse vanillée. Donne un peu l’impression d’avoir bu du vent !

 

Whisky mutique, bien trop jeune pour avoir appris à parler. Suntory s’est un petit peu moqué avec ce puncheon à plus de 100 euros. Moins bon que le Yamazaki 12 ans qui n’était déjà pas terrible, on frôle la sortie de route… Si vous voulez un whisky jeune et japonais on vous conseille plutôt de faire un tour du coté de chez Chichibu.

 

Note : B (Christophe Dugarry)

 

Prix : 150 euros (Bourgeoisie de Province)

Leave a reply