Benromach 1976 (46°): Sophistiqué comme un vieux speysider.

En l'espace de 15 ans Benromach s'est totalement réinventé et propose aujourd'hui dans son embouteillage classique 10 ans un whisky légèrement tourbé tel qu'on en produisait dans le Speyside il y a 50 ans. La distillerie propose également une version 100 proof (57°), une version tourbée (peat smoke 67 ppm) et une version organic (orge biologique), les vieux millésimes, quant a eux,  sortent de façon sporadique. On vous expliquait lors de notre visite de la distillerie qu'entre la fin des années 60 et la mise en sommeil de la distillerie en 1983, celle ci produisait un malt non tourbé. L'expression 1976 que nous goutons aujourd'hui rentre donc dans cette catégorie des vieux speysiders post 60'. Cet embouteillage est issu de futs de sherry de premier et second remplissage.

benromach 1976

Couleur: vieil or

Nez: On plonge très vite dans ce whisky au nez riche et délicat qui nous évoque une haie de chèvrefeuille au printemps. Le zeste d'orange devient ensuite très vite dominant puis des touches de fruits confits viennent compléter le tableau. L'ensemble est très fruité, un côté bonbon donne à ce nez une grande accessibilité. Après quelques minutes, ce Benromach s'ouvre sur des saveurs plus exotiques: noix de coco rappée, banane, gingembre confit.

Bouche: La texture en bouche est très agréable, ce coté huileux/ soyeux donne a ce whisky une classe folle. On attaque avec une vague de fruits d'où émerge l'orange qui avait marqué le nez, c'est très gourmand et complexe à la fois. La suite est plus épicée et s'ouvre sur des notes de gingembre et de cuir. C'est chic, riche, sophistiqué et malgré tout très gourmand.

Finale: D'une belle longueur elle est marquée par le tabac, le cuir et les grains de café. On retrouve également une belle persistance du fruit.

Un super whisky d'une belle complexité qui dévoile sa richesse en douceur.

Note: AAA- (David Niven période moustache)

Prix: exilé fiscal en Suisse (769€)

Leave a reply