Convalmore 36 ans 1977 (58%, OB 2013): Distilleries Disparues #4

convalmore-36-years-old

Comme Caperdonich dont nous parlions récemment, Convalmore est l'une des ces distilleries disparues du Speyside qui, bien que méconnues du grand-public, jouissent d'un statut quasi-culte dans la frange dure des amateurs de malt.

Convalmore, située entre Glenfiddich et Craigellachie, fut construite en 1893 et commença a produire son jus l'année suivante. Elle changea de mains plusieurs fois avant d'être achetée par DCL (l'ancêtre de Diageo) en 1925. Le chauffage direct des alambics fut remplacé en 1962 par un chauffage indirect a la vapeur et, malgré ces investissements, Diageo ferma la distillerie en 1985. Convalmore fut vendue a William Grant & Sons en 1990 qui, n'ayant semble t'il pas l'intention de recommencer a y produire du whisky, utilise les locaux vides pour stocker des futs contenant du Glenfiddich et du Balvenie.

Le whisky produit a Convalmore servait avant tout pour des blends, mais les single-malts qui ont été mis sur le marché au compte goute (4 embouteillages officiels et quelques indépendants) ont souvent reçu un excellent accueil. Celui que nous goutons aujourd'hui a été distillé en 1977 et embouteillé a l'age canonique de 36 ans. Il fait partie des Special Releases 2013 de Diageo et était vendu au prix ridicule de 800 euros. Voyons si le jus en vaut la chandelle?

Œil : Or rose

Nez : Un nez printanier et magnifique tout en fruits du verger et fleurs des champs. C’est le distillat et le temps passé en fut qui parlent : citrons, coings, écorces d’orange et prunes. Il y a même un peu de figues. Soufflé a la vanille. Velouté comme des bonbons au miel et a la sève de pin (la vosgienne). Un air de tisane, camomille et tilleul. Cela rappelle un peu les Springbank distillés à la même époque. Le genre de whisky qu’on peut passer des heures a renifler. Quelle délicatesse !

Bouche : Attaque franche avec pas mal d’épices, piments de Cayenne, poivre blanc et gingembre. Vient ensuite un gout de céréales, orge et blé, qui est suivi de notes de fruits changeantes et très expressives : mures, pommes, et pêches, cela rappelle fortement les meilleurs malts de Campbeltown. Une certaine idée du whisky qui a presque totalement disparue de nos jours. Complexité et équilibre, quelque part fait plus jeune que son âge. Vanille accompagnée d’un peu de lait, comme une crème anglaise. Herbe fraichement coupée, menthe verte et abricots.

Finale : Longue et sucrée et toujours sur des notes de fruits et de miel. Splendide !

Ce Convalmore 36 ans 1977 est d’une incroyable finesse. C’est un des meilleurs whiskies qu’il m’ait été donné de gouter cette année. Dans le style Speyside fruité ce doit être assez difficile à battre. La bouteille est absolument inabordable (Diageo merci pour ces muscles) mais il est encore possible de se procurer un sample sur le site du magasin Whiskybase. Il serait dommage de s’en priver d’autant plus que les embouteillages de cette distillerie disparue sont particulièrement rares.

Note : AAA

Prix : 800 euros (Aristocratie Financière)

Leave a reply