Ardbeg Kildalton 2014 (46%, OB 2014): La Croix et la Maniere!

Ardbeg Kildalton 2

 

L'un des derniers Ardbeg en date tient son nom d'une des plus vieilles croix Celtiques du Royaume Uni, la croix de Kildalton, qui se trouve sur Islay et fut sculptée aux alentours de l'an 800. C'est une édition limitée qui semble avoir un objectif double: permettre de financer des oeuvres caritatives sur Islay a travers le Kildalton project et, plus important encore, exciter tous les Ardbegophiles en manque de sensations fortes. Cet Ardbeg Kildalton 2014 fait suite a des whiskies du meme nom, des Ardbegs dont la tourbe legere  et l'age avancé (plus de 20 ans) faisaient la particularité. La version que nous goutons aujourd'hui est sans mention d'age ce qui signifie que jus, un mélange de futs de bourbon et de sherry, doit être plutôt jeune. Voyons ce que cela donne.

 

Kildalton Cross

La Croix de Kildalton

 

 

Œil: Doré

 

Nez : On se rend tout de suite compte que l’on a affaire a un Ardbeg léger et distingué, un whisky de début de printemps. Notes de fumée et de terre séchée qui n’en font pas des tonnes. Un peu de citronnelle, de bâtons de vanille et de chocolat blanc. Ce nez est joueur avec des herbes aromatiques : thym et romarin. Apres un dizaine de minutes dans le verre apparaissent des impression marines, poissons séchés et salés (pas de précisions, je n’y connais rien en poisson). Cookies aux éclats de chocolat. Etonnant et sympathique.

 

Bouche : Tourbe légère et fine, plus onctueux qu’à l’habitude, on le doit sans doute aux futs de sherry. N’en met pas plein la gueule comme un Uigeadail. Notes de cuir et une certaine douceur sous le palais. Retour de la fumée, mais il y a comme un fond de sève de pin accompagnée de douces notes laitières. Comme un bonbon la vosgienne qui aurait trempé dans du lait concentré ? Caramel au beurre salé et amandes grillées.

 

Finale : Elle aussi très légère et diffuse mais assez longue, les notes salées habituelles semblent revenir en force mais on reste quand même sur ces notes de menthol, de sève de pin et de vanille qui font l’originalité de cet Ardbeg iconoclaste. On trouve enfin des notes de gomme de caoutchouc naturel : hévéa.

 

Quelque part c’est un whisky génial. Je m’attendais a un Islay de « laboratoire » de type Auriverdes ou Ardbog et on me sert une whisky très fin qui développe des notes rarement aperçues de pins, de poissons séchés et de plantes aromatiques. Une vraie belle surprise.

 

Note : A (Abbaye de Lindisfarne)

 

Prix : 160 euros au départ, plutôt 250 aux enchères maintenant. Cela fait un peu cher qnad meme… Un bel assemblage a n’en pas douter.

Leave a reply