Coupe du monde Whiskyleaks 2016 : Speyside

C'est parti pour le premier match de la Coupe du monde Whiskyleaks 2016. Le spectacle devrait être au rendez vous tant cette poule du Speyside est relevée. Après le spectacle pathétique que nous avait offert cette région l'année dernière, il a été décidé de ne retenir que les candidats les plus valeureux. On s'attend donc a du grand spectacle. Après une interminable cérémonie d'ouverture les 4 équipes enfilent les maillots et les juges font des gargarismes de Talisker 25 pour préparer leurs palais.

Présentation des candidats

On ne présente plus Benromach 10, le grand favori de cette poule, qui se caractérise par son style chaloupé à l'ancienne légèrement tourbé. Son jeu en finesse devrait faire mouche face à des candidats qui malgré leurs qualités manquent peut être d'expérience à ce niveau. Face à lui se dresseront deux obstacles sérieux : Aultmore 12 et Craigellachie 13 qui connaissent un grand succès auprès des amateurs avertis. Aultmore s'est fait une jolie réputation ces derniers temps, relancé par Bacardi en 2014 il faudra compter sur son jeu délicat. Craigellachie 13, l'autre outsider, n'a rien à envier à Aultmore. Il a d'ailleurs été relancé au même moment par le même propriétaire, son style déroutant et sulfureux ne manquera pas d'enflammer les tribunes. Aberlour 10, le dernier candidat, a atterri ici par le plus grand des hasards et on voit bien à son port de tête qu'il a peur de ne pas être à la hauteur de l'évènement. On s'attend à quelques fessées expéditives mais le succès de Glenfiddich l'année dernière prouve bien que dans le football whisky tout est possible #samirnasri.

le coach d'Aberlour doute de ses choix tactiques

le coach d'Aberlour doute de ses choix tactiques

Aberlour 10

le match commence sur un rythme soporifique, on se croirait en division honneur. le nez est vraiment basique, c'est plutôt alcooleux et ça pique le pif comme un tacle de Roy Keane. Des effluves de banane et de cire voient le jour et on se dit qu'on a tout de même eu bien pire l'année dernière. Après quelques minutes ça évolue sur l'écorce de citron et le zeste d'arbre #sèvedepinpin. En gros c'est assez confus, l'arbitre signale des effluves de fut de bière vide et en profite pour siffler la pause.

On repart pour la deuxième mi temps, en bouche on attaque très mollement avec du yaourt au fruit et un manque de punch évident. Un gloubiboulga de whisky où le fruit chimique domine. L'influence du sherry se pointe gentiment en bord de terrain mais l'arbitre siffle la fin du match avant que le remplacement ait pu être effectué. Prestation peu convaincante pour Aberlour, son jeu mal branlé et peu inspiré ne lui permettra pas de sortir de ce groupe.

Craigellachie 13

Avec Craigellachie le niveau de jeu monte d'un cran, le nez s'ouvre sur des notes douceâtres de lait en poudre pour bébé. Une fois que la barrière de l'alcool est passée on sent que le jus est plus délicat. On lui trouve des notes d’huître et de vin blanc, puis ça devient très floral un peu comme le pot pourri qu'on met aux chiottes. Ca sent vraiment le grand air et son coté minéral envoie quelques lourdes frappes qui mettent à mal le gardien adverse. Du beau jeu, plaisant et original qui aurait largement eu sa place en finale l'année dernière. S'ouvre sur la mousse au chocolat et le tabac frais après 10 minutes.

En bouche on retrouve le côté minéral avec les enfants nus sur les galets #franciscabrel. La texture en bouche, légèrement sirupeuse, est agréable. Craigellachie fait ensuite le break en envoyant le baba au rhum dans la lucarne et la cardamome dans les yeux de l'arbitre. Le match s'achève sur des notes vanillées. C'est du solide, à l'image de la Croatie en première phase.

Aultmore 12

Aultmore commence son match de façon appliquée, le nez attaque sur des effluves de chai humide avec les champignons au mur comme à Cognac. Le nez est encore plus consistant que Craigellachie, ça a vraiment de la gueule malgré son côté (Paul) austère. On lui trouve ensuite des notes d'abricot sec resté trop longtemps dans le sac à dos après la rando, c'est ensuite la pêche de vigne qui débarque. Ça sent le verger et le fruit d'été et évolue sur des notes plus poivrées et rustiques. Du lourd!

En bouche c'est le premier qui ne pique pas, le truc est à fond sur le sous bois. Humus, feuilles humides et gros cèpe. C'est définitivement un whisky à prendre à la pêche, une authentique boisson d'automne. Aultmore réussit un beau match, les épices, la menthe poivrée, le cuir et la finale sèche et minérale pourraient le propulser en finale. De la bonne came!

benromach-distillery

Benromach 10

Y a pas à chier Benromach envoie le beau jeu d'entrée, son nez et beaucoup plus riche et complexe que tous les autres, on est dans la division supérieure. On sent la fumée tout de suite, la figue et la banane séchées complètent le tableau. On est bien avec cette ambiance vieux cuir et tabac, le foin et la luzerne ne sont pas loin. L'arbitre sort la chaise longue et s'allume un cigare au milieu de la pelouse. Une première mi-temps parfaitement maîtrisée !

la deuxième période est du même acabit, l'alcool est bien intégré, le public est en liesse. Le pain d'épices, le miel et le cuir de selle de vélo #brooksb17 lui permettent de survoler le match.

Les résultats

Benromach domine outrageusement sa poule avec 30 points sur 30 possibles. Aultmore réalise un très bon match et finit second avec 23 points, Craigellachie se hisse sur le podium avec 16 points. Aberlour n'a que ce qu'il mérite, il finit dernier avec le score de 0 points.

Pas de surprise dans cette poule, Benromach en sort facilement mais les prestations d'Aultmore et Craigellachie étaient agréables. Le niveau est clairement monté d'un cran par rapport à l'année dernière même si Aberlour 10 n'était pas au niveau.

Retrouvez ici la cérémonie d'ouverture.

 

Leave a reply